Close
Logo

A Propos De Nous

Sjdsbrewers — Le Meilleur Endroit Pour En Apprendre Davantage Sur Le Vin, La Bière Et Les Spiritueux. Des Conseils Utiles D'Experts, Infographies, Cartes Et Plus Encore.

Articles Populaires

Image
Des Articles

La vie carcérale de Napoléon comprenait du champagne, des porcs rôtis et des majordomes

Tout en devenant poétique Champagne , Aurait dit Napoléon Bonaparte, « Dans la victoire tu le mérites, dans la défaite tu en as besoin . » Que la citation soit ou non historiquement exacte, l’amour de Napoléon pour les bonnes choses l’a suivi derrière les barreaux.

Après avoir subi une défaite aux mains de la septième coalition dans le Bataille de Waterloo , Napoléon a été emprisonné sur la petite île de Sainte-Hélène, située au large de la côte ouest de l'Afrique. Il restera sur l'île jusqu'à sa mort en 1821.



Basé sur un collection de notes manuscrites Mis aux enchères en 2015, qui détaillait l'abondante allocation de vin et de provisions accordée à Napoléon et à un groupe de ses officiers en 1820, l'empereur disgracié a peut-être en fait profité dans une certaine mesure de son exil.



36 cadeaux et gadgets pour tous ceux qui aiment les boissons

Bien que la «ration» ait pu être considérée comme dérisoire selon les critères de l’empereur, records montrer que l’indemnité journalière de vin de Napoléon se composait d’un chariot de bar de bouteilles, dont une bouteille de champagne, 10 bouteilles de Bordeaux , une demi-bouteille de Madère, trois bouteilles de Vin de Grave, une bouteille de Tenerife, 31 bouteilles de vin du Cap, du «cyder» et de la liqueur de malt, entre autres boissons.

Au total, Napoléon a bénéficié d'une subvention de plus de 50 bouteilles de vin et de spiritueux par jour - et ce n'était que son régime liquide.



Alors que Napoléon était connu pour être négligent lorsqu'il s'agissait de nourrir son armée , les archives historiques montrent également qu'il mangeait assez bien en prison. Les ravisseurs de Napoléon lui ont envoyé un véritable smorgasbord sur une base mensuelle qui comprenait 50 livres de bœuf et de veau, 68 livres de pain, 50 livres de mouton et de porc, un cochon rôti, deux dindes, 12 pigeons, quatre canards, neuf volailles, deux oies et 42 œufs.

Le pièce de résistance ? Un majordome en uniforme présenta à Napoléon les plats décadents sur de rares assiettes en porcelaine et en argent, proclamant: «Sa Majesté est servie». Ce type d'éloge gratuit donnerait à n'importe qui un complexe.